ÇA VA MILKER BÉBÉ

Lait infantile, tire-allaitement, allaitement exclusif ou mixte, on vous dit tout.

Votre bébé n’est pas né depuis quelques minutes, qu’il est déjà l’heure de faire un choix, souvent (mais pas toujours !) mûri en amont de la rencontre : le lait. Or, il n’existe plusieurs façons de nourrir son enfant. Passons en revue toutes les possibilités afin de vous dresser le portrait du lait et des bébés. Le meilleur choix sera toujours celui que vous ferez car il vous correspondra !

allaitement-maman-bebe

L’allaitement est dit exclusif lorsque la mère nourrit exclusivement son enfant au lait maternel. L’OMS le recommande les 6 premiers mois de l’enfant, puis en parallèle de la diversification jusqu’aux 2 ans. Il peut être réalisé au sein ou en tire-allaitement.

L’allaitement dit exclusif

C’est magique

Allaiter exclusivement son enfant au sein, c’est avoir sous la main en permanence un aliment absolument adapté aux besoins de son enfant bébé pour répondre à ses besoins nutritionnels en plus de lui donner de nombreux et précieux anticorps (#moncorpsceheros).
Ciao charge mentale, avec la possibilité d’allaiter partout tout le temps (coucou Tajine Banane). Pas de boîte de substitut de lait maternel à acheter, pas de millilitre d’eau à mesurer, ni de tire-lait à dégainer !
L’allaitement, c’est aussi ultra économique (sauf quand on investit un PEL dans des vêtements d’allaitement) et on ne peut plus écologique.

Mais allaiter dépasse le simple fait de nourrir son enfant, les tétées pouvant servir de réconfort, pour calmer une peur ou une douleur… Un peu comme des super-pouvoirs quoi.
Il est également possible – sans que ce soit une vérité absolue – que le bébé souffre moins de coliques et de reflux (l’aliment le plus adapté, tout ça tout ça), et qu’il soit moins malade grâce aux anticorps maternels.

Oui mais…

Allaiter, ça signifie aussi nourrir à la demande. Ça implique d’anticiper quand on se sépare de son enfant, d’avoir quelques nuits entrecoupées (mais le cocktail hormonal permet un sommeil plus réparateur), de manger parfois avec un enfant au sein ou de nourrir potentiellement n’importe où, n’importe quand.

Allaiter, ça veut dire lâcher prise totale sur les quantités et les horaires, et c’est découvrir ce que c’est qu’un pic de croissance (coucou les 48h collés serrés).

Ça peut être des douleurs au lancement, des conseils pas toujours super avisés et du découragement. Ça peut-être des crevasses, des engorgements, des mastites, des fuites de lait au moindre shoot d’ocytocine. Mais c’est aussi une communauté ultra solidaire qui s’activent aux côtés de celles qui traversent des moments de doute (#AppelleTonIBCLC).

Allaiter, c’est se faire confiance et halluciner de voir qu’on a besoin de rien d’autre pour faire grandir son bébé.

Le tire-allaitement

Vous pouvez décider d’allaiter votre enfant en tirant votre lait et en lui donnant au biberon. Oui, c’est possible et ça peut apparaître comme la situation idéale : les bienfaits du lait maternel et les avantages du biberon. On peut le faire de manière exclusive, ou de manière occasionnelle en parallèle d’un allaitement classique. Sachez qu’un tire-lait se loue et est entièrement remboursé par la Sécurité Sociale. Ça c’est pour le côté pratico-pratique.

Un seul mot d’ordre : ORGANISATION

Mais le tire-allaitement exclusif représente il faut le dire une certaine organisation, et c’est probablement la manière la plus contraignante de nourrir son enfant : il faut tirer son lait autant de fois que son bébé téterait au sein, soit 8 à 12 fois par 24h, à horaire fixe (y compris la nuit). N’empêche que ça convient à certaines mamans, pour qui les avantages dépassent largement les contraintes.   

Le tire-allaitement précoce est souvent mis en place afin de faire face à des difficultés au démarrage de l’allaitement (prématurité, difficultés de mise au sein…). Pour toutes autres raisons personnelles et organisationnelles, il est préférable d’attendre que la lactation et la maitrise des tétées du bébé soient bien installées, après six à huit semaines. 

Un tire-allaitement occasionnel peut être mis en place au retour du congés mat ou de manière anecdotique pour un déplacement ou une soirée loin de Bébé. Et là tu fais la connaissance avec ton ami le tire-lait. Pour info la législation prévoit une adaptation de l’organisation du temps de travail afin de laisser la mère allaiter ou tirer son lait 2 x 30 minutes par jour pendant la première année de l’enfant. Les entreprises de plus de 100 salariés prévoient  quant à elles un local pour vous permettre d’allaiter ou tirer votre lait.

Pour éviter d’avoir un impact sur votre lactation en introduisant un biberon, sachez que votre lait peut être donné sans soucis dans un contenant alternatif : verre, DAL (dispositif d’aide à l’allaitement), cuillère, softcup, tasse à bec… Vous serez surprise de la capacité de Bébé à s’adapter !

Le tire-allaitement, c’est un peu comme le reste : ça semble compliqué au départ, mais si on a les bonnes infos et quelques tips, ça peut rouler.

tire_allaitement
bebe_bonet

Le lait infantile  

Lorsque le choix du lait infantile est fait dès la maternité, des nourettes (mini biberons) sont offerts aux parents pour qu’ils puissent démarrer sans se poser de question. Ça implique donc que vous ne fassiez pas le choix du premier lait infantile qui est alors donné à votre enfant, mais rien ne vous empêche d’en changer ensuite si votre choix se porte ensuite sur un autre. Même si dans les faits, on a plutôt tendance à ne plus changer lorsqu’on a trouvé un lait infantile qui convenait !
Mais le lait infantile peut aussi être démarré en relai de n’importe quel allaitement. Ça signifie que vous pouvez essayer quelques jours, quelques semaines, quelques mois, et faire la bascule quand ce sera le moment.
On sait que le lait maternel est l’aliment idéal des nourrissons. Le lait infantile n’arrivera jamais à le copier mais pas d’inquiétude, sa formule couvre les besoins essentiels du bébé.

Les plus du lait infantile…

Lorsqu’on interroge des mamans, elles répondent souvent que le biberon permet l’intégration directe du coparent. Donner le biberon c’est aussi maitriser davantage les quantités et le rythme de son enfant avec des repas plus espacés (toutes les 3/4h, le temps de digestion étant plus long). Donner le biberon procure souvent un sentiment de liberté, dans le sens où les mamans peuvent au choix boire un verre ou sortir sans avoir à tirer leur lait. C’est aussi garder une certaine maîtrise de son corps, sans le mettre à disposition H24.

…et les moins 

Mais le biberon, ça requiert aussi une certaine organisation : avoir le biberon, le lait infantile et une bouteille d’eau sous la main. Ça signifie parfois aller courir un dimanche soir dans une pharmacie de garde (TMTC). Il ne se prépare pas à l’avance (car une fois préparé, le lait infantile se conserve une heure), et il demande de sacrément bien compter à 4h du mat.
Et parfois, le parcours peut parfois être semé d’embuches ! Intolérance, reflux, maux de ventre… trouver LE lait infantile pour son enfant est parfois plus compliqué qu’il n’y parait.
Donner le biberon, ce n’est ni un choix égoïste, ni un choix de second ordre tant que c’est VOTRE choix et que vous avez pu prendre le temps de vous renseigner et de mener cette réflexion durant la grossesse.

L’allaitement mixte

Entre les deux, mon cœur balance ! Avec l’allaitement mixte (ou partiel), on nourrit à la fois au sein (lait maternel) et au biberon (lait infantile).

Les avantages cumulent ceux de l’allaitement et ceux du biberon : des bienfaits nutritionnels, une alimentation à dispo tout le temps, un coparent qui prend le relai quand on est fatigué ou qu’on doit filer. Ça n’empêche pas pour autant les désagréments, les galères de digestion, les méga pics de croissance et autres possibles engorgements.

Si vous souhaitez faire le choix de l’allaitement mixte, il est également important de connaître le risque du sevrage précoce : d’une part Bébé peut être amené à préférer le biberon (ça coule plus vite !) et refuser le sein, d’autre part vous stimulez moins et votre lactation peut s’en ressentir.
Pour limiter le risque, quelques conseils : par exemple de commencer l’allaitement mixte minimum 8 semaines après le début de votre allaitement afin qu’il soit bien installé. On privilégie une tétine à débit (très) lent pour que bébé continue son travail de succion comme s’il était au sein. Le biberon doit être donné lentement (idéalement 20min) dans une position semi-assise (quasi verticale) et un biberon presque horizontal. Et pour préserver votre production de lait ou éviter l’engorgement, diminuez progressivement et conservez des tétées à horaire fixe.

lait_infantile_tire_lait
bebe-calin-maman

La lactation induite (ou relactation)

Moins connue et pourtant si magique !
La lactation induite c’est le fait d’allaiter sans avoir porté son bébé (si on a adopté par exemple ou si l’on est un couple de femmes) ou encore si l’on a accouché il y a plus ou moins longtemps  (on parle alors plutôt de relactation). La lactation induite peut être accompagnée par un médecin, sage-femme, doula pour mettre en place un protocole adapté.

Dans le cas d’une lactation totalement induite, il peut être nécessaire de mettre en place un traitement hormonal pour « faire croire » au corps qu’il y a une grossesse.  
Mais pour induire une lactation, le meilleur des remèdes reste l’hyper proximité avec son enfant, la mise au sein très fréquente, la stimulation par un tire-lait ou par expression manuelle, en fonction de la situation.

C’est un vrai boulot mais ce n’est pas impossible : de nombreuses mamans ont réussi et ce sont autant d’histoires qui nous montrent que oui, on peut nourrir son enfant de la manière dont on choisit de le faire.

Bien s’entourer, c’est la clé

Quelle que soit la façon dont vous avez envie de nourrir votre bébé, vous n’êtes jamais seules. Vous pouvez vous faire accompagner par une sage-femme, une consultante en lactation (IBCLC = certification internationale), une doula, le numéro vert dispo 7/7 de la Leche League qui vous donneront des tips pour poursuivre au maximum votre choix.

Il existe aussi des tas de groupes de soutien sur Instagram, Facebook… N’hésitez pas à échanger aussi avec d’autres mamans

En gros, soyez entourée, faites-vous confiance et prenez votre temps !

Quel que soit votre choix, c’est le bon, car le vôtre !

mains_femmes

Découvrez notre lait infantile BIO

  • X
    produit_lait_1_popote

    Le Lait 1er âge

    800 g
    17 avis
     
    19,50
    +
  • X
    produit_lait_2_popote

    Le Lait 2ème âge

    800 g
    26 avis
     
    18,50
    +
  • X
    produit_lait_croissance_popote

    Le Lait 3ème âge Croissance

    800 g
    27 avis
     
    17,50
    +