ÇA VA MILKER BÉBÉ

La différence entre le lait maternel et le lait infantile

« On dit » qu’il faut allaiter. « On dit » que c’est mieux pour les bébés.
Mais savez-vous vraiment pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y a de si différent entre du lait maternel et du lait infantile et est-ce que c’est vraiment vrai cette supériorité ? Spoiler alert; quel que soit votre choix (lait maternel ou lait infantile) ça sera le bon et Bébé grandira correctement. On vous donne les clefs pour mieux comprendre les différences et similitudes entre les laits pour les bébés.

bebe_avec_biberon

Lait maternel et infantile permettent la croissance de Bébé

La nature étant plutôt bien faite, elle a équipé la maman de tout l’indispensable pour assurer le bon développement de son enfant. Le lait maternel n’existe que pour les bébés et en ce sens, il s’adapte naturellement à tous ses besoins.
Et parce que toutes ne peuvent ou ne veulent pas allaiter, il a fallu bosser un peu (beaucoup) pour concevoir un aliment qui permette lui aussi de couvrir les besoins essentiels des bébés. Le lait infantile suit donc une règlementation drastique qui assure d’apporter les nutriments essentiels à l’enfant.

Un partout, donc.

L’un comme l’autre apporte des protéines, des lipides, des glucides, des minéraux et des vitamines. Pas tout à fait les mêmes (pas fastoche d’imiter l’incroyable machinerie), parfois pas exactement dans les mêmes proportions, mais dans les grandes lignes, les deux permettent d’assurer la croissance et le développement d’un bébé.

Mais le lait maternel est à l’image du corps de la femme : un peu magique.

C’est en fait un liquide vivant, dont la composition varie au cours de la tétée ou du moment de la journée. Il évolue aussi au fil des jours, en fonction des besoins du bébé. Son goût change aussi chaque jour, en fonction de l’alimentation de la maman allaitante. De son côté la formulation du lait infantile demande elle un travail long et pointilleux et la composition ne change jamais en dehors des bascules du 1er âge au 2ème âge, puis au 3ème âge ou croissance).

Et s’ils apportent tous les deux l’essentiel des nutriments, le lait maternel embarque avec lui des milliers de cellules vivantes qui proviennent de la Mamma, notamment de quoi aider à la bonne santé du bébé : anticorps, antiallergène, antiparasite, antivirus, globules blancs, cellules souches ou lactoferrine (qui permet le transport et l’absorption du fer).

En plus d’être une cantine, le lait maternel c’est un peu une pharmacie ambulante, donc.

On ajoute à ça des enzymes pour aider au bon déroulement des réactions chimiques (qui se produisent lors de la digestion, ou des défenses immunitaires par exemple), des facteurs de croissance et des enzymes qui jouent le rôle de messagers (big up à la cholécystokinine, qui favorise la satiété et l’endormissement du bébé en fin de tétée)… et 1000 autres choses (dont certaines pas encore tout à fait identifiées) comme de l’ARN messager et près de 300 souches de bactéries.

On compte dans le lait maternel six fois plus d’éléments que dans n’importe quel autre lait de mammifère. Et la majorité sont d’ailleurs encore impossible à reproduire. Be proud Mamma, c’est ton corps qui fait ça !

Reconnaissons-lui quelques autres avantages : il est sacrément écologique, bien plus économique que n’importe quelle préparation commerciale pour nourrisson et il est disponible à toute heure de la journée, à la bonne température et de façon stérile.

Alors oui, même si la NASA se penchait sur le sujet, le lait maternel ne pourrait jamais vraiment être égalé.

maman_qui_allaite
lait_de_croissance

Est-ce que ça fait du lait infantile un mauvais aliment pour autant ?

Absolument pas, et il aura permis à des millions d’humains de grandir et devenir à leur tour des adultes.

Comprendre ces différences, c’est rendre à César (aka le lait maternel) ce qui lui appartient, et lever le mystère qui plane pour les parents quant à la composition des laits infantiles. Et c’est quelque part permettre aux parents de se réapproprier leurs choix et d’écrire leurs propres histoires.