ÇA VA MILKER BÉBÉ

Sevrer Bébé : l’arrêt de l’allaitement maternel

Deux jours, deux mois, deux ans… Quelle que soit la durée votre allaitement, il y a forcément un moment où vous arrêterez de donner le sein (quoi qu’en pense votre belle-mère). Mais s’il y a bien une chose encore moins bien accompagnée que le début d’un allaitement, c’est bien le sevrage ! Si vous vous trouvez ici, c’est qu’à priori vous vous posez des questions, et on va tout faire pour y répondre.
Promis Mama, ça va aller.

papa_maman_biberon

Quand sevrer Bébé ?

Et bien… quand c’est le moment pour vous.
Vous devez commencer à le savoir, l’OMS recommande un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, puis une poursuite jusqu’à 2 ans en parallèle de l’alimentation solide. Parce que le lait maternel, c’est quand même un peu fou.

Vous pouvez avoir 1000 raisons de penser au sevrage de votre bébé, et ça ne regarde que vous. S’il se fait à regret, sachez juste que continuer à allaiter en retournant travailler c’est possible, et qu’il existe souvent des traitements médicamenteux compatibles avec l’allaitement (coucou le CRAT).

Si vous laissez faire les choses, comme chez tous les mammifères le sevrage se fera naturellement. Mais chez l’humain, l’âge du sevrage naturel, c’est entre 2 et 7 ans.
Si vous ne souhaitez pas allaiter un grand bébé, vous pouvez faire le choix d’arrêter votre allaitement maternel quand vous sentez que c’est le moment.


Le sevrage de l’allaitement maternel, comment ça marche ?
Sevrer un bébé, ça signifie arrêter de le nourrir avec du lait maternel. Jusque-là, on est d’accord. Mais un bébé de 2 mois n’a pas les mêmes besoins nutritionnels qu’un bébé de 1 an ou 2 ans. Il faut donc envisager le sevrage en fonction de l’âge de l’enfant.

Faire la transition lait maternel -> lait infantile

Pour réussir la transition entre lait maternel et lait infantile, il vous faudra faire accepter le contenant (souvent le biberon), et le contenu ! Une des options est de démarrer avec votre propre lait pour habituer bébé au fait de boire autrement qu’au sein, puis de mélanger ce dernier avec du lait infantile, jusqu’à arriver en quelques jours à des biberons 100% lait infantile.

C’est souvent plus simple si ce n’est pas la maman qui donne les premiers biberons, alors si vous le pouvez, faites-vous aider 🙂

Le sevrage d’un bébé de moins de 6 mois

Avant 6 mois, le lait représente la quasi-totalité des repas de l’enfant. La diversification alimentaire a pu démarrer entre 4 et 6 mois mais cela reste de la découverte, donc l’ensemble des nutriments sont toujours amenés par le lait. Tant que vous allaitez, le lait maternel fait le job. En sevrant, il va donc falloir remplacer les apports de lait maternel par du lait infantile.

Le grand changement après le sevrage de votre bébé, c’est le changement de rythme. Le lait artificiel se digérant beaucoup moins vite que le lait maternel, ses repas seront espacés d’autant. Pour démarrer vous pouvez bien entendu remplacer chaque tétée par un biberon de plus petite contenance (60 à 90mL), votre bébé devrait espacer de lui-même au fur et à mesure. Ensuite, pour un bébé de 0 à 6 mois il faudra prévoir de 4 à 6 biberons de lait infantile par jour (cf tableau ci-dessous, à titre indicatif).

Le sevrage d’un bébé de 6 à 12 mois

Jusqu’à un an, le lait (maternel ou infantile) reste l’aliment principal de l’alimentation des bébés. Mais entre 6 et 12 mois, on se trouve en pleine diversification alimentaire. C’est un nouveau rythme pour l’enfant, qui se retrouve à 4 repas par jour.

Vous pouvez ainsi remplacer les tétées soit par un biberon (généralement 3 par jour : matin, goûter et soir), soit par la proposition d’alimentation solide, soit par de l’eau. Parce que oui, les bébés tètent aussi parfois juste pour s’hydrater !

Pour les tétées câlins, on vous laisse user de tous les stratagèmes possibles à base de bisou dans le cou.

On veillera à maintenir de 500 à 800mL de lait infantile 2ème âge par jour pour s’assurer de couvrir les besoins essentiels de Bébé. Mais si cela vous dit, vous pouvez introduire d’autres contenants : tasse à bec, tasse à paille, gobelet (c’est aussi possible plus tôt, mais rendu encore plus facile avec le début de la diversification).

tab
maman_biberon
sevrage_nuit-min

Le sevrage d’un bébé de plus d’un an

De 1 à 3 ans, on recommande de maintenir 500mL de lait par jour, avec généralement 2 biberons (un le matin et un le soir).

tableau_dosage_lait

Vous pouvez faire le choix d’un lait 3ème âge, dit lait de croissance, afin de s’assurer de couvrir les besoins essentiels de Bébé, notamment en fer et en DHA (acide gras essentiel jouant un rôle dans le développement du cerveau) trop souvent sous-représenté dans l’alimentation des tout petits.
A défaut, vous pourrez privilégier un lait de vache ou de chèvre entier, afin de profiter de toutes les bonnes choses contenues dans la crème de lait.

Côté contenant, tout est possible, bébé étant officiellement très autonome. Biberon, tasse à bec ou à paille, gobelet… Faites-vous rêver !

Le sevrage de bébé la nuit

Les tétées de nuit sont très particulières. Souvent elles sont données dans un demi-sommeil (d’un côté comme de l’autre), elles ne servent pas toujours à nourrir mais permettent de soulager 1000 maux et de rendormir facilement son bébé.

Bref, les tétées nocturnes, c’est surement les plus compliquées à arrêter. Parfois, par chance, votre bébé fait rapidement ses nuits et ce n’est donc plus un sujet. Mais le pic de prolactine (l’hormone responsable de la fabrication du lait maternel) ayant lieu vers 3h du matin, souvent votre bébé gardera au moins une tétée la nuit.

Le décor est planté, maintenant comment on fait ?
Pour le sevrage nocturne, il va vous falloir distinguer ce qui tient de la faim de ce qui tient de l’envie de se blottir et de kiffer sa Mama. Puis l’accompagner pour qu’il se rendorme sans être au sein, ou avoir tété (ce qui libère des endorphines, hormone associée au sentiment de plaisir, de bien-être). Si vous le pouvez, c’est le moment de dégainer le co-parent (parce que toi Mama, tu sens le lait à 3km) qui pourra prendre le relai et bercer, câliner, frotter le dos de bébé jusqu’à l’accompagner dans le sommeil.

Soyez convaincue de ce sevrage nocturne que vous mettez en place. Si vous n’êtes pas sûre de vouloir arrêter d’allaiter la nuit, cela pourrait donner des signaux contradictoires à votre enfant, et rendre la chose d’autant plus compliquée.

Petit point d’attention :
Si vous souhaitez arrêter l’allaitement maternel la nuit afin de mieux dormir, sachez que ce n’est  (malheureusement) pas une baguette magique ! Un bébé au biberon ne fait pas plus ses nuits qu’un bébé au sein. Pour gagner en sommeil, on vous recommande par contre le cododo et l’allaitement allongé, si cela vous convient !

Combien de temps ça dure, le sevrage ?

On vous conseille aussi d’y aller progressivement, sur plusieurs semaines, cela évitera notamment les engorgements (on y vient juste après) et permettra à Bébé de faire la transition en douceur en le sein et le biberon, entre le lait maternel et le lait infantile.

Que faire en cas d’engorgement suite au sevrage de bébé ?

Ca y est, bébé est sevré ou à minima en cours de sevrage.
Sauf qu’il est possible tout à coup vos seins soient tendus, gonflés, douloureux. Ça n’est absolument pas systématique (notamment quand le sevrage est très progressif), mais ça arrive. Ça s’appelle un engorgement, et au-delà de l’inconfort c’est important de s’en occuper pour éviter que ça dégénère en mastite (inflammation des seins).

Donc branle-bas de combat !
On soulage en exprimant du lait à la main ou au tire-lait jusqu’à ce que les seins redeviennent souples (mais pas trop, pour éviter de stimuler la lactation).

Pour réduire le gonflement et atténuer la douleur, vous pouvez appliquer des compresses humides ou du froid sur vos seins, ou dégainer l’arme ultime : les feuilles de choux directement dans le soutien-gorge – vous nous en direz des nouvelles.

Et si besoin, on file voir son pro de santé pour se faire prescrire un anti-douleur et/ou anti-inflammatoire !

engorgement_mamaire
Lait bio Popote

Que faire en cas de sevrage au lait maternel difficile ?

 

Parfois c’est pas si simple.
Les conseils sur le papier c’est bien beau, mais il y a des bébés et des parents pour lesquels c’est plus compliqué d’arrêter de téter avec des bébés qui refusent le biberon par exemple.

On n’y pense assez peu (ou alors on n’ose carrément pas) mais le rôle d’une conseillère en lactation, c’est d’accompagner du début à la fin de l’allaitement. Elle saura donc vous conseiller et vous accompagner et ce QUELQUE SOIT LA DURÉE DE VOTRE ALLAITEMENT.

Alors si ça devient trop difficile, on file trouver sa consultante en lactation IBCLC préférée.

Quel lait infantile choisir pour le sevrage de mon bébé ?

En fait il n’y a pas de lait infantile meilleur qu’un autre dans le cadre d’un sevrage, à la suite d’un allaitement : il existe 1000 fois plus de différence entre le lait maternel et le lait infantile qu’entre deux laits infantiles.

Le meilleur lait infantile à la suite d’un allaitement, c’est celui qui correspond aux valeurs de votre famille, et que votre enfant tolère côté digestion.

Si besoin, on vous glisse un article sur le sujet « choisir son lait infantile » et pour tout savoir sur le lait infantile BIO Popote c’est par ici.

Découvrez notre lait infantile BIO

  • X
    produit_lait_1_popote

    Le Lait 1er âge

    800 g
    18 avis
     
    19,50
    +
  • X
    produit_lait_2_popote

    Le Lait 2ème âge

    800 g
    29 avis
     
    18,50
    +
  • X
    produit_lait_croissance_popote

    Le Lait 3ème âge Croissance

    800 g
    27 avis
     
    17,50
    +