WE LOVE

Mon corps, ce héros #4 : le post-partum

Après la grossesse, l’accouchement vient le sujet ô combien tabou du post-partum ! Mais grâce à la sororité, grâce au dialogue, le post-partum n’est plus un sujet caché ou enfoui. Aujourd’hui, on parle du 4e trimestre, on écrit sur le mois d’or, on ose enfin mettre des mots sur les maux. Ces premières semaines dont on ne parlait jamais sont si précieuses, si importantes. On vous le dévoile sans filtre ci-dessous.

Post-partum

Qui dit fin de la grossesse dit… :

Chute hormonale 

Attention rollercoaster des émotions, on s’accroche ! Juste après l’accouchement, lorsque le placenta est expulsé, les hormones de grossesse sont progressivement éliminées. Le fameux baby blues survient entre 2 et 5 jours après l’accouchement, il dure quelques jours voire une semaine mais parfois beaucoup moins pour quelques chanceuses. Qui dit chute hormonale dit émotions en roue libre, vous voilà donc capable de pleurer sans raison et d’avoir un grand coup de mou malgré le bonheur de découvrir votre nouveau-né. Ne pas s’inquiéter : ça passe. 

Ventre vide 

Ce ventre qui a mis 9 mois à s’étirer pour accueillir bébé ne peut pas redevenir plat en un jour.  Vous avez le ventre gonflé et probablement les réflexes encore bien en place (le toucher, le caresser, vouloir sentir les coups…) Il faut environ un mois pour que l’utérus revienne à sa taille initiale mais tout dépend de chaque femme. Si vous avez eu la ligne brune appelée linea nigra, elle s’estompera progressivement en quelques mois également. Ce petit vide à l’intérieur peut amener sa dose de mélancolie mais regardez la petite merveille que vous avez créée ! 

Les tranchées 

Oui, vous avez bien lu, c’est le nom barbare donné aux contractions de l’utérus post-accouchement pour qu’il réduise petit à petit et retrouve sa taille normale (même si cela va prendre quelques semaines). Les tranchées durent environ 15 jours et leur intensité diminue avec le temps. On ne dit pas que c’est une partie de plaisir mais après ce que vous venez de vivre c’est totalement gérable. Si vous avez des douleurs, le personnel de la maternité pourra vous soulager. Last but not least, les tranchées sont particulièrement intenses pour celles dont c’est le 2e enfant ET celles qui allaitent, mais c’est le signe que l’utérus reprend sa place.

 Les lochies 

Encore un mot qui fait peur, on vous l’accorde. ll s’agit tout simplement des saignements post-accouchement et la raison pour laquelle vous avez empaqueté dans votre valise de maternité ces fameux slips filets ou culottes pour fuites urinaires qui vous font bizarrement penser que vous êtes quelque part aussi un peu un bébé. Joie du post partum ! Ces pertes de sang abondantes genre chutes du Niagara vont progressivement diminuer au fil des semaines, dès que l’endroit où se situait le placenta sera cicatrisé. A noter que ce ne sont pas des règles puisqu’il s’agit bien sûr de sang mais aussi de mucus cervical, résidus utérins… Comme si le corps se « nettoyait ». Magie du corps humain.

Rétention d’eau 

Alors celle-là peut surprendre, mais oui, après l’accouchement vous pouvez encore avoir besoin de vos bas de contention qui vous ont peut-être accompagnés pendant cette grossesse. Encore la faute à ces satanées hormones ! Heureusement, cela passe relativement vite, de quelques jours à deux semaines max. Le personnel hospitalier vérifiera que votre oedème est bénin, notamment après une césarienne car il y a, forcément, une mobilité réduite. Quelques conseils donc si vous le pouvez : marchez, surélevez les pieds et buvez (beaucoup) d’eau !

Quelques bonnes nouvelles quand même : 

– Vous pouvez RE-dormir sur le ventre ! Joie et bonheur.

– Vous pouvez RE-manger ce que vous voulez : sushis à gogo, plateau de fromages en pagaille, rillettes et autres saucissons et pour les petites chanceuses : reboire de l’alcool si vous avez le courage !

– Vous n’avez plus besoin de ROULER dans votre lit 15 fois par nuit pour aller faire pipi.

– Exit : les remontées acides et adios au Gaviscon qu’on trimballe partout.

– Vous avez un nouveau-né magnifique et vous pouvez être fière !

maman dort avec bébé post-partum
maman avec bébé post-partum

Qui dit accouchement dit…

Fatigue 

Vous avez l’impression qu’un camion vous a littéralement roulé dessus ? C’est probable. La fatigue post-accouchement est évidemment normale. Vous venez d’accomplir quelque chose d’épuisant : donner la vie. Évidemment, la vie étant bien faite (non ?), vous allez vous habituer à cette fatigue puisque votre nouveau-né ne connaît pas encore le concept des cycles du soleil. Mais comme tout le reste, on s’habitue, on s’adapte et vous avez des ressources que vous ne soupçonnez pas encore…

Angoisse d’aller aux toilettes

Sujet maxi tabou mais bel et bien réel : l’angoisse de faire pipi ou d’aller à la selle. Selon comment s’est déroulé l’accouchement, l’appréhension peut être variable… Vous avez peur de la fameuse descente d’organes, peur de pousser, peur des hémorroïdes, peur que ça pique. Bref, ce n’est pas une partie de plaisir mais il faut bien y passer. On mange donc des fibres, on boit de l’eau ou de l’hépar, vous pouvez aussi uriner en faisant couler de l’eau pour éviter que cela pique. Et rappelez-vous : tout passe ! 

RIP mon périnée 

« Imaginez un éléphant qui se serait assis dans un hamac » cette phrase du film Un heureux événement lors de la première séance de rééducation du périnée restera dans les annales. Après l’accouchement, notamment par voie basse, il est possible que vous ayez des problèmes d’incontinence. Perte de tonicité, passage du bébé, hormones… Tout est réuni pour que les fuites urinaires débarquent. La bonne nouvelle c’est que le périnée est un muscle ! Vous pourrez remuscler votre périnée quelques semaines après l’accouchement. 

Vous avez accouché par voie basse :

Au loto de la vie vous aurez soit absolument RIEN à signaler soit des petites éraillures, une épisio ou une déchirure, des points de sutures… Bref, la zone est clairement pas à son max du confort. Vous pouvez mettre une poche de glace si cela vous soulage. Au fur et à mesure des jours, vous verrez du mieux. Courage Mama! 

Vous avez eu une césarienne : 

Vous avez une cicatrice douloureuse et votre mobilité est réduite, ce qui peut sembler frustrant pour ces premiers jours tant attendus. Il faut s’armer de patience ! Dans tous les cas, contrairement à la légende, vous pourrez tout à fait allaiter votre bébé, aucune inquiétude. De plus, voyons le positif, la césarienne diminue le risque d’incontinence ! 

Dans les deux cas : rappelez-vous que tous ces désagréments passeront au fil des jours et qu’il ne faut pas avoir peur de se tourner vers les sage-femmes, vous n’avez pas à être gênée et il n’y a pas de question tabou. Elles en ont vu d’autres…

Post-partum
bébé qui tète post-partum

Qui dit arrivée de bébé dit… 

Montée de lait 

Entre 3 et 5 jours (max) après l’accouchement, que l’on veuille allaiter ou pas, que l’on ait donné le colostrum ou pas, c’est le moment de la fabrication du lait par les glandes mammaires. Grosso modo vous avez extrêmement mal aux seins comme en SPM, votre poitrine est tendue, gonflée mais en pire et dure comme du béton. Entre nous, ce n’est pas un moment agréable… Comment le soulager? Avec les fameuses feuilles de choux par exemple (utiles aussi si on allaite). Si on ne veut pas allaiter, il faut surtout éviter toute stimulation. Certaines se bandent le torse ou appliquent des crèmes en attendant que ça passe (quelques jours…)

Peut-être allaitement 

Les débuts peuvent être difficiles et disons-le douloureux parfois. Pour que la mise au sein se fasse il faut du temps, rien ne se fait en un jour ! La patience est la clé de tout. Heureusement il existe quelques astuces comme les coquillages d’allaitement par exemple ! Oui, des VRAIS coquillages qui vont soulager l’hypersensibilité et les crevasses grâce à la nacre naturelle. Les coupelles d’argent ont également les mêmes propriétés.  Sinon, vous trouverez de nombreuses crèmes en pharmacie ou magasin bio pour faciliter cette nouvelle proximité avec bébé. 

Conclusion : 

Cette période est particulière, difficile, on va pas se mentir, mais magique à la fois. Il faut accepter que pendant ces 6 à 8 semaines le corps est en train de se remettre, que vous êtes en train de créer un lien unique et qui ne reviendra jamais avec votre nouveau-né. C’est aussi vertigineux que précieux. Soyez douce avec vous, écoutez les conseils de vos proches, doulas, sage-femmes : rester allongée si possible, manger chaud, être collée à bébé, au calme, savoir vous écouter… Pensez aussi au kit de survie post accouchement de la géniale Mamacitas. Le sport reviendra, le sexe sera quand VOUS aurez envie, c’est toute la clé : patience et écoute.