A TAAABLE

Le sucre dans l’alimentation de bébé

Quand on parle de sucre, on a tendance à diaboliser complètement le sujet. Surtout quand on parle des tout-petits. Pour autant le sucre, ou encore les glucides, ou l’hydrate de carbone (oui il a plusieurs noms ce petit coquin) sert à faire fonctionner l’organisme lorsqu’il est consommé naturellement et surtout en bonne quantité. C’est le trop plein de sucres qui se transforme en masse graisseuse. Mais il est important de connaître les bons sucres, ceux qui donnent de l’énergie, aux mauvais sucres, qui eux, n’entraînent pas de sensation de satiété, et n’ont pas de bienfaits nutritionnels. Bref, rien n’est jamais interdit mais comme vous êtes ici pour donner le meilleur à votre enfant, voici comment lui donner de bonnes habitudes !

Le sucre, les glucides, l’hydrate de carbone

Promis, c’est pas si compliqué que ça en a l’air. Quel que soit le mot, ces glucides permettent de faire fonctionner l’organisme, comme une sorte de carburant. Ils fournissent de l’énergie pour faire fonctionner les muscles et mais (et surtout) notre cerveau.

Il y a deux types de glucides.

Les glucides simples, avec la saccharose, c’est le sucre que vous connaissez mais aussi le glucose et le fructose.

D’autre part, il y a les glucides complexes, là on parle de l’amidon qui est constitué de nombreuses molécules de glucose liées entre elles, en formant des longues chaines.

Là, les fibres alimentaires ne sont pas absorbées ni digérées par le système digestif donc elles n’apportent pas de calories. En revanche, elles ont des effets bénéfiques sur la constipation et un rôle important dans la régulation de la glycémie. Et surtout, elles ralentissent l’absorption du sucre Jusque-là, on tient promesse c’est plutôt clair ? Maintenant, rentrons dans le détail si vous voulez bien.

Les glucides simples c’est ceux qui donnent le goût sucré aux aliments. C’est des petites molécules très courtes, et comme c’est tout petit, ça sucre plus. Là, vous pouvez imaginer les petits bonhommes d’Il Etait Une Fois… La Vie dans votre tête. Vous vous souvenez, dans l’épisode on avait les sucres en forme de petits bonbons, et les glucides complexes sous la forme de cônes jaune pâle.

Bref, revenons-en à nos glucides simples. Ils sont naturellement présents dans la nature. Dans les fruits par exemple, mais aussi le miel. Ils sont aussi ajoutés par les industriels sous la forme de sirop de glucose, ou de fructose (là, ils sont transformés). Le lactose lui, est apporté par les produits laitiers, ça n’a pas trop le goût du sucre car sa molécule est différente, mais c’est très probablement pour ça que votre cher et tendre adore son bib de lait, alors que vous, bon ben, même sous la torture vous n’en buvez pas une goutte !

Enfin, on trouve des glucides simples dans certains légumes (oui, oui) comme les artichauts, les oignons, la chicorée et les topinambours.

De manière générale, les légumes et les fruits contiennent des glucides simples avec en plus des fibres, des vitamines et des minéraux.

Les Recos :

Pour enfants et adultes, la reco sur les sucres simples (type saccarose) c’est maximum 10% de l’apport énergétique et 50% pour tous les glucides.

Pour un enfant de moins de 1 an, c’est 10 à 20 grammes en comptant les sucres des fruits (pas ceux contenus dans le lait). Puis 15 à 30 grammes entre 1 et 3 ans. Et oui, c’est très, très peu.

Comment lui donner de bonnes habitudes ?

Avant 3 ans, on peut éduquer à ne pas manger trop sucré, même si c’est un peu inné d’aimer le sucre. Pas évident, mais on y arrive !

Sur les laitages aromatisés par exemple, on évite d’en donner systématiquement. On varie ! Un coup un petit-suisse nature, un coup une crème dessert. On dit pas que c’est interdit, sinon on créé de la frustration, mais tout est dans la diversité. A partir de 6 mois, on peut proposer un yaourt nature ou un petit-suisse avec une cuillère à café de sucre en poudre, ou un peu de compote ou de confiture qui va sucrer naturellement. On peut également faire des compotes maison en ajoutant des épices, ce qui diminue l’apport en sucre.

Concernant les biscuits, on peut en donner mais en petite quantité ! (On vous donnait quelques pistes pour les meilleurs goûters par ici.

Depuis les nouvelles reco , le jus de fruit est considéré comme une boisson sucrée. Il y a eu beaucoup d’études sur la responsabilité des boissons sucrées, notamment avec les enfants en surpoids. Chez les tout-petits, le jus de fruit doit rester exceptionnel. On ne donne pas une brique de jus à chaque goûter par exemple, parce qu’une brique représente 4 sucres ! Si on tient vraiment au jus de fruit, une orange pressée, fraîche c’est beaucoup mieux.

Les bonbons ça doit rester exceptionnel, en plus ça donne des caries. Et d’ailleurs très important : le sucre ne doit pas être une récompense ! Ce n’est pas parce qu’on a été gentil, qu’on donne une friandise. Il vaut mieux, une fois de temps en temps aller acheter quelques bonbons à l’unité à la boulangerie.

Les glucides complexes

Les « autres » glucides. Ce sont de longues chaînes de molécules, et du coup, le goût est moins sucré. C’est-à-dire qu’on les trouve dans les pâtes, le riz, les légumes secs. Bien loin du sucre qu’on imagine m’voyez. L’organisme digère l’amidon lentement, l’apport en d’énergie est donc étalé sur plusieurs heures. D’où l’intérêt du fameux plat de pâtes des sportifs, que vous instaurez peut-être après une loooongue journée de travail+enfants, ce qui est du sport aussi on vous l’accorde. Les glucides énergétiques c’est 40 à 50% de l’apport énergétique total.

Les glucides jouent sur la satiété, en particulier les glucides complexes et les fibres. Et de plus, ils favorisent le sommeil. Pourquoi ? Parce que les glucides augmentent la biodisponibilité du tryptophane qui permet la synthèse de la mélatonine. Là, maintenant vous pourrez briller à votre prochain dîner/apéro. Et vous comprenez désormais pourquoi on met des céréales dans le bib des enfants qui ne dorment pas bien la nuit. Eurêka, TOUT S’ECLAIRE !

Bonus : Le foie stocke le glucose sous forme de glycogène, cette petite réserve énergétique est votre roue de secours !

Le glucose

On fait un aparté rien que pour lui, parce que c’est un glucide simple super important, c’est la seule nourriture du cerveau. Quand les gens entament une grève de la faim par exemple, ils perdent un peu la boule. La faute à la carence en glucose. L’énergie ça sert à faire fonctionner le corps humain, comme une machine. Du coup, le glucose, dont le mot peut faire peur, en fait c’est un ami. On en trouve où ? Les fruits, le miel… C’est la digestion de l’amidon et du saccharose.

Arrivé jusqu’ici, vous vous demandez peut-être ce qu’il en est des sucres à base de plante type stévia ou sirop d’agave ?

C’est plutôt déconseillé, car cela risque de développer un goût pour le sucre.  La stévia c’est un édulcorant intense, fortement déconseillé avant 3 ans. Quant au sirop d’agave, il a beau avoir le vent en poupe, il est riche en fructose, donc à consommer en quantité très limitée. Les deux sont dits « naturels » mais sont en réalité ultra-transformés.