WE LOVE

Le mois d’or après son accouchement 

Si l’on a ENFIN déconstruit l’image du post-partum ces derniers temps, ou plutôt, si l’on a ENFIN parlé de la réalité du post-accouchement, longtemps tabou dans notre société, on sait aujourd’hui que les semaines qui suivent la naissance peuvent être compliquées. Fatigue, chute hormonale, sentiment de fragilité, d’isolation… Mais cela ne date pas d’hier! Avec cette libération de la parole, on voit émerger d’anciennes traditions comme « le mois d’or ». Un concept ancestral venu d’Asie où la mère est au centre de l’attention et choyée, afin qu’elle puisse se consacrer à son bébé tout en se reposant. Le rêve donc… 

On vous dit tout sur cette bulle protectrice qu’il faudrait démocratiser.  

C’est quoi le mois d’or après l’accouchement ? 

Le mois d’or provient d’une tradition chinoise ancestrale qui voulait que la jeune maman soit le centre d’attention de sa communauté pendant les 30 à 40 jours suivant l’accouchement. Le but ? Que la femme se repose afin de créer du lien avec son bébé sans se préoccuper de certaines charges. Le mois d’or est une période où la mère reçoit des soins, de l’aide, lorsque les bouleversements physiques et émotionnels sont vertigineux. Cette période est une véritable transition et vouloir mettre la femme au centre de l’attention au même titre que le nourrisson prend tout son sens. 

Qui entre en jeu lors du mois d’or ? 

 L’entourage bien sûr. Le mois d’or se prépare et se met en place. Il faut solliciter en amont parents, proches famille, amis, cousins et cousines, collègues… Mais aussi professionnels de santé et de périnatalité comme les sages-femmes, les doulas. Se créer un cercle qui sera au rendez-vous pendant cette période, chacun ayant son rôle, selon ses capacités, ses qualités, ses qualifications, son temps. Cela peut aller de la cuisine, aux tâches ménagères, à veiller le bébé pendant quelques précieuses siestes…

La jeune mère peut alors se consacrer à sa récupération et à son enfant à travers des moments de qualité. En Chine, on considère qu’une alimentation mal adaptée, un manque de repos, un mal-être peuvent entraîner des complications et des troubles de la santé sur le long terme… Aujourd’hui on sait très bien que cette période est bien sûr pleine de bons moments mais extrêmement fragilisante et que de nombreuses femmes souffrent de dépression post partum. Mettre en place le mois d’or cela peut être un outil merveilleux pour la santé mentale de la maman.  

alexandra-murcia-popote-ambre-37
loismoreno-88

L’importance de l’alimentationpendant le mois d’or 

 

L’alimentation post-accouchement mérite un sujet dédié tant il est passionnant! L’alimentation joue un rôle très important dans la récupération et pourtant c’est aussi une charge mentale de devoir s’en occuper. Manger sainement, de préférence chaud, des aliments nutritifs qui sont adaptés à votre mode de vie à la fois lent mais qui nécessite de l’énergie. On préconise beaucoup les bouillons (comme ceux de Jolly Mama) qui apportent tous les bienfaits nécessaires à la récupération du corps (et de l’esprit) mais aussi les soupes ! Le fer est également important. En bref, le mois d’or permet de se décharger de cette pression. Soit en préparant en amont des plats, bouillons, soupes que l’on aura préalablement congelés. Soit en ayant de l’aide. On a tous un ou une amie qui adore cuisiner? 

Quels sont les avantages de pratiquer le mois d’or?

 

 – Une récupération physique et mentale 

 Créer la vie c’est beaucoup d’énergie! Le corps, ce héros, met 9 mois pour s’y préparer, il est donc normal de prendre du temps pour qu’il récupère… Pendant ces longs mois, le corps a fait un travail considérable et magique et termine par un gigantesque effort qui est l’accouchement. Ce n’est pas rien. C’est NORMAL d’avoir besoin de repos. Le mois d’or, c’est aussi déculpabiliser. À la maternité, on entend beaucoup qu’il ne faut pas porter de charge lourde, qu’il faut rester allongée le plus possible… Une mère seule en rirait probablement jaune! Un bébé ça se porte, se berce… Une mère est beaucoup beaucoup debout… Bref, le mois d’or remet des choses fondamentales en lumière : la mère doit se reposer et pour cela, elle doit avoir de l’aide. C’est en prenant soin de son corps et de son mental qu’on peut créer un lien fort avec son enfant.  

iStock-1471569290
DSC_4417 (1) (1)

 – Profiter 

 Le premier mois avec un nouveau-né, que ce soit le premier ou pas, passe vite! Ces moments sont à la fois précieux comme challengeant… Après 9 mois d’attente, soudain c’est un nouveau rythme, des nuits écourtées, des journées qui n’ont pas vraiment de repères. On peut vite perdre le fil et donc, ne pas profiter pleinement de ces instants. Pourtant c’est si précieux d’être justement « dans l’instant ». Le mois d’or permet de savourer cette étape de connexion, de découverte avec cet enfant. Mais aussi, et il faut le dire, de traverser les moments difficiles, en pleine conscience.  

 – Mettre en place l’allaitement (si l’on allaite) 

 Si vous avez fait le choix de donner le sein à bébé, vous savez donc que ce n’est pas forcément fluide dès le départ. Les premières semaines, la mise au sein se fait petit à petit avec des hauts et parfois des bas. On s’apprivoise, on apprend à connaître les meilleures positions… Le mois d’or, ce petit cocon, vous permet donc de vous concentrer sur cette étape qui vous tient à cœur. Allaiter un nouveau-né demande beaucoup d’attention et la mise en place loin des autres préoccupations n’est pas négligeable. Vous pourrez alors profiter de ces instants où le rythme est plus doux, sans culpabilité.  

Comment mettre (vraiment) en place le mois d’or ? 

Il n’y a pas de règles pré-établies pour préparer le mois d’or, mais on peut vous donner quelques tips! 

 – Ne pas culpabiliser 

 On peut avoir de grandes attentes, de grandes projections sur ce qu’on attendait du post-partum, de quelle mère on allait être… Et puis il y a la réalité. Écoutez-vous. Vous n’êtes pas forcément comme votre meilleure amie, votre sœur, votre mère. Who cares? Vous êtes vous et vous êtes en capacité de faire certaines choses et parfois vous avez des limites sur d’autres choses. Le mois d’or vous permet de vous déculpabiliser et de faire appel à un entourage pour vous soulager et cela ne fait pas de vous une moins bonne mère, tout au contraire.   

– Parler, demander de l’aide 

 Le mois d’or est un concept fabuleux mais qui demande une petite organisation en amont ou tout simplement de savoir parler et demander l’aide nécessaire. C’est plus ou moins difficile selon la personnalité et plus ou moins difficile quand on est dans un tourbillon d’émotions, de fatigue, d’hormones.  

Portage bébé
iStock-1506078010

– Ne pas chercher la perfection 

 Inondées que nous sommes par les mères parfaites sur les réseaux sociaux, qui sont parfaitement habillées, parfaitement amoureuses, parfaitement reposées (en apparence), et même parfaitement alignées avec le fait de ne rien faire aussi. Ne cherchez pas la comparaison, vous n’allez pas vous transformer en quelqu’un que vous n’étiez pas avant! Il faut arriver à se détacher des pressions que l’on se met à soi-même.  

– Déléguer et donc prévoir 

 Oui, le post-partum se prépare, mais ça, c’est tout nouveau qu’on le sache! Quelle chance d’en parler enfin! Il faut démocratiser ce message. Ces moments sont précieux et peuvent être appréhendés. Demandez-vous comment vous voulez passer cette période et si vous voulez pratiquer le mois d’or alors organisez-le. Sollicitez votre entourage en fonction de leur temps, de leur investissement, (de leurs talents aussi!) et de vos envies. C’est important de savoir que vous allez pouvoir compter sur telle personne, que vous pourrez appeler une autre à tout moment, que votre ami.e ou collègue vous préparera des petits plats. C’est une vraie libération pour le mental : vous pourrez compter sur des gens, vous aurez une alimentation équilibrée, des visites que vous avez choisies et encadrées. 

Conclusion

En conclusion, il faut qu’on rappelle que le mois d’or ne doit pas être un élément de plus sur une to-do déjà bien remplie. Le mois d’or s’adapte à chacune, à chaque mode de vie, à chaque personnalité, à toutes les habitudes, à tous les caractères. Ne vous entourez pas plus qu’il n’en faut si vous êtes du genre sauvage. Il faut que ce mois d’or vous ressemble. Il n’y a donc pas de règle. Ce qu’il faut retenir c’est que le mois d’or est fait pour que vous preniez soin de vous et de votre enfant. Lisez le fabuleux livre de Céline Chadelat et Marie Mahé-Poulin, c’est une mine… d’or!