AVEUX DE PARENTS

Julia, co-fondatrice d’April Please, la maman novice

Julia, co-fondatrice d’April Please, la maman novice. Ce mois-ci, rencontre avec Julia, la co-fondatrice de la marque de bijoux April Please que vous connaissez peut-être, et jeune maman d’une petite Charlie de 7 mois. Cette ancienne graphiste dans la presse féminine a récemment changé de vie : déménagement à Rouen, découverte de la maternité à temps plein et casquette d’entrepreneure. Julia ne cache pas avoir eu envie de tout plaquer, d’avoir parfois des moments difficiles, des envies de prendre l’air… Bref, on a adoré discuter avec elle, et se sentir moins seule dans cette période particulière.

 

Pouvez-vous vous présenter ? D’où venez-vous, âge, quel est votre parcours, votre métier…

Julia, 33 ans, tourangelle et parisienne d’adoption qui ne se voyait AU GRAND JAMAIS vivre ailleurs. Aujourd’hui j’habite à Rouen, dans un appartement qui est, quand on vient de la capitale, immense ! 

J’ai co-fondé la marque de bijoux April Please et je m’occupe principalement et quotidiennement de la partie communication. 

Avant de devenir cheffe d’entreprise j’ai travaillé 10 ans dans la presse magazine à Paris, en tant que graphiste et en freelance. Elle, Grazia, Cosmo, Stylist… j’ai vogué de titre en titre et j’ai adoré ça ! 

Quels comptes Instagram sur la maternité suivez-vous ?

Enceinte, j’ai suivi très peu de compte sur le sujet. Je préférais regarder les comptes déco pour les chambres d’enfant, pensant naïvement que c’était le plus important. Mais j’ai vécu ma grossesse en même temps que Anaïs alors on a passé nos journées à se rassurer, se soutenir, se plaindre, se faire rire.

J’avais aussi envie de découvrir ma grossesse. Aujourd’hui c’est différent. Je me suis pris une grosse claque en devenant maman alors je trouve du soutien et du réconfort sur les réseaux : Bénédicte et Émilie  sont très déculpabilisantes par exemple. Gardetesconseils me fait sourire sur des sujets sensibles. C’est maintenant en fait que l’accompagnement devrait commencer !

Combien d’enfant avez-vous et comment s’appellent-t-ils ?

Je suis une jeune maman ! Ma petite Charlie a 7 mois. Parfois j’ai du mal à réaliser que j’ai créé ce petit être humain. Je trouve ça fou, beau et effrayant.

CET ÉTÉ

Où êtes-vous, avec qui ? Quoi de prévu ?                                         

Comment occupez-vous vos journées ?

Nous avons déménagé il y a peu et mon chéri vient de signer un CDI alors les vacances, les vraies, ce n’est pas pour tout de suite.

Je profite au contraire que mon bébé soit chez ses grands-parents pour travailler ! J’ai toujours eu des “été” en décalés avec mon ancien job : je partais en voyage en janvier et je travaillais l’été. 

Le livre qui vous accompagne en ce moment ? Même question avec un film ou une série ?

En ce moment je lis le livre d’Emilie Daudin « Liberté, Egalité, Maternité ». Il se lit facilement et il me fait du bien. C’est vraiment ce dont j’ai besoin aujourd’hui : beaucoup de bienveillance, de compréhension, et ce sentiment de ne pas me sentir seule. En parallèle je lis aussi « La pratique des accords Toltèques avec vos enfants ».

Côte série c’est différent ! C’est notre moment off avec mon chéri et là j’ai besoin de m’évader : on vient de terminer Homeland, 10 ans après tout le monde et j’ai adoré ! Sinon pour nourrir l’ado qui est en moi je consomme beaucoup de série de type Sabrina, 13 reasons why..

Est-ce qu’une Routine de vacances s’est mise en place ?

Je parlerais plutôt d’une routine “comment travailler avec un bébé”. Avant que les grands parents viennent à notre secours et que JB ne travaille en dehors du domicile, on se partageait les journées. Si le matin je m’occupais de Charlie, j’avais mon après-midi pour travailler et inversement. Ça nous a permis de nous cadrer et d’éviter les frustrations, très présentes pendant le confinement par exemple.

Pour l’instant ça va, pas envie de craquer/tout plaquer ?                           

Une astuce feel good à partager ? /Que faites-vous pour vous détendre ?

SI ! Je ne vais pas le cacher certaines journées sont plus dures que d’autres et partir en claquant la porte m’a déjà traversé l’esprit. Juste pour souffler quelques minutes.

Mon astuce ? Si ça en est une, assumer parfois de ne pas y arriver et d’avoir besoin de poser son bébé, ou de le mettre dans les bras du papa, et de quitter la pièce pour pleurer un bon coup.

Je n’ai pas encore trouvé comment me détendre mais je sais que la rentrée sera un renouveau pour nous : Charlie sera chez une assistante maternelle avec d’autres enfants et nous allons pouvoir lui consacrer pleinement nos soirées et week-end.

LA MATERNITÉ                                                                                   

La grossesse, une période « épanouissante » ou « épanouichiante » ? Désolée, on n’a rien trouvé qui rimait !

Épanoui-super-chiante sans hésiter !

Je ne vois pas comment ne plus avoir le contrôle de son corps et de ses émotions peut être épanouissant mais je sais que nous ne sommes pas toutes faites pareilles.

Mais avec du recul, j’ai aimé être enceinte, je me trouvais jolie avec ce gros ventre qui portait la vie et surtout quel bonheur de voir des inconnus nous sourire dans la rue et nous laisser leur place dans le métro. Ce ventre a été un peu comme une armure, j’ai eu le sentiment d’être invincible avec. 

Je n’oublie pas cependant mon 1er trimestre qui m’a épuisé et vidé de toute énergie. Qui m’a fait pleurer aussi car je ne comprenais pourquoi j’étais si faible. Je n’ai pas été tendre avec moi, j’ai eu beaucoup de mal à accepter cette condition.

Avez-vous allaité ? Allaitez-vous toujours ?

Je n’ai pas allaité. J’ai voulu et j’ai très vite abandonné. J’étais mal préparée et mal accompagnée. Quand je me suis vue en pleurs et stressée de devoir donner le sein j’ai compris que mon bébé avait juste besoin d’une maman détendue et je suis passée aux biberons.

L’accouchement, est-ce vraiment « le plus beau jour de votre vie » ?

Ahahaha ! J’adore cette question. Devenir maman oui. Savoir que ce petit bout c’est le nôtre oui. Mais accoucher ? Cette journée où je me suis transformée en animal ? Où j’ai hurlé, broyé les mains de mon chéri, vomit dans le couloir et poussé comme jamais non. 

La maternité, entre l’image que vous en aviez et la réalité, c’est comment ?

Entre l’image édulcorée que donne la société et la vraie vie ? C’est à l’opposé. 

Devenir maman c’est un grand bouleversement dans une vie. C’est perdre tous ses repères. On met des années et des années à grandir, se construire, trouver sa voie… Et tout d’un coup quelqu’un arrive et met un grand coup de pied dans le château de cartes qu’on a mis tant de temps à construire. C’est réapprendre tous les jours et découvrir ses limites. C’est re-grandir et re-construire une nouvelle vie. 

alimentation bébé 7 mois

Votre meilleur souvenir de maman à ce jour ?

Tous les jours quand mon bébé me regarde dans les yeux, de longues secondes avec un grand sourire et pose sa petite main sur mon visage. Je fonds, je la mange. 

Et à l’inverse, le plus gros fail ?

Il n’y a pas si longtemps j’étais fatiguée, en train de lui changer la couche. Elle bougeait beaucoup, criait aussi. Le papa est entré dans la chambre et je suis partie en laissant tout en plan. J’avais besoin d’air.

Un objet/jouet/accessoire qui sauve la vie avec un enfant ?

L’écharpe ou le sling. C’est un incontournable je pense et surtout, en plus de nous sauver la vie, cela a tellement de vertus pour le bébé ! Je m’en suis beaucoup servi les premiers mois et aujourd’hui je porte encore Charlie avec pour la calmer ou sortir rapidement faire une course.

Un conseil à donner à une jeune ou future maman ?

Tout passe. Tout n’est que phase. Tout ira bien. Tu es la meilleure.
Et ça ne sert à rien de s’imaginer comment la vie sera avec un enfant, c’est possible !

LA DIVERSIFICATION                                                                                         

A quel moment avez-vous commencé la diversification ?
J’ai attendu les 5-6 mois de Charlie. Je ne la sentais pas intéressée par la nourriture avant cela et personnellement je n’étais pas prête non plus.

Comment ça s’est passé ?

En douceur et très simplement. Quelques cuillères de purées ou compotes en plus des biberons, histoire de découvrir d’autres goûts. Je n’ai pas cherché à faire plus au début. Le but n’était pas de la nourrir. Je voulais juste introduire la cuillère et d’autres textures. Elle à très vite compris qu’elle pouvait prendre la cuillère ou ouvrir grand la bouche pour en demander encore. 

Votre enfant se positionne comment ? Il mange tout, il est difficile… ? qu’est-ce qu’il aime ? Qu’est-ce qu’il n’aime pas ?

Le repas est un super moment. Charlie aime tout. Je lui donne moi-même la purée et elle gère seule les morceaux. Elle touche, elle attrape et met en bouche ! Bientôt je vais aussi la laisser manger les purées avec des cuillères pré-remplies. Le repas sera long et salissant mais il paraît que c’est top pour l’autonomie. 

Comment avez-vous testé les Popote ? Racontez-nous tout !!

J’adore ces petites gourdes ! Et je peux faire mes propres recettes avec. Haricots, patate douce, jambon ? Hop, je pioche, je vide, je mélange. En plus c’est bon. J’ai goûté chacune des Popotes que j’ai donné à Charlie. Et oui, je dois l’avouer, je les finissais aussi…

Une recette à conseiller ?

Le petit MilkShake Banane Fraise. Tentant à boire, puis on se rappelle que c’est du lait maternisé.       

Sa Popote préférée jusqu’à présent ?

Je dirais patate douce et banane. Mais en réalité elle les a tous aimé !

Sélection de Popote