ÇA VA MILKER BÉBÉ

Allaitement et reprise du travail, c’est possible

Pour les mamans qui allaitent pendant plusieurs mois, la reprise de l’activité professionnelle peut sonner comme l’heure du sevrage. Pour certaines, c’est un choix réfléchi, et elles sont OK avec ça. Pour d’autres, c’est une décision à regret.
Allaiter et retourner travailler, c’est possible. Oui, ça nécessite un peu d’organisation (mais ça c’est un peu ta vie depuis que tu es maman) mais si vous avez envie de continuer, ça va le faire !

Comment concilier et gérer la reprise du travail avec un allaitement maternel ?
En retournant travailler, deux options s’offrent à nous : continuer de nourrir exclusivement avec son lait, ou compléter avec du lait infantile.

idees-recues-allaitement

Retourner travailler : le choix de l’allaitement exclusif

Allaiter exclusivement, ça peut être allaiter au sein à 100%, à la demande de Bébé (oui ça demande un peu d’orga, mais c’est possible) mais ça peut aussi être un tire-allaitement partiel, quand Bébé n’est pas avec vous.

A – Les pauses allaitement au travail

Le truc à retenir : La loi est de votre côté.
Pendant la première année de votre enfant vous pouvez disposer de 2 pauses de 30min par jour (généralement non rémunérées) afin de nourrir votre enfant ou tirer votre lait.
Les entreprises de plus de 100 personnes sont également dans l’obligation de mettre à disposition un local dédié (et c’est quand même mieux que tirer aux toilettes !).

B – Allaiter 100% au sein en travaillant

Ça vous semble dingue ? Pourtant pour certaines, c’est possible de continuer d’allaiter 100% au sein malgré la reprise du travail.
Si vous avez la chance d’habiter près de l’endroit où est gardé votre enfant, et si votre emploi du temps professionnel vous permet d’être assez flexible sur l’horaire de vos pauses, vous pouvez en profiter pour aller nourrir votre bébé à plusieurs reprises dans la journée. Les enfants s’habituent très vite à avoir un rythme différent quand vous êtes là ou quand vous êtes absente, vous trouverez le mode d’emploi en quelques jours !

C – Tirer son lait au travail

Lorsqu’on n’a pas la possibilité de rejoindre son enfant dans la journée mais que l’on souhaite continuer à le nourrir avec son lait, il est possible de mettre en place un tire-allaitement partiel.

Tirer son lait, ça peut être un peu anxiogène pour les mamans : Comment ça marche ce truc ? Est-ce que je vais réussir à tirer assez de lait ? Entre la crainte de manquer de lait, de ne pas savoir s’organiser, ou le fait d’être mal à l’aise avec l’objet en lui-même (aaaaah l’image de la vache laitière…), le tire-allaitement peut faire peur de prime abord. Alors on passe en revue tous les aspects, parce que finalement c’est pas si sorcier 😊

Tire-allaitement et reprise du travail, comment ça marche ?

Le principe est simple :
Vous tirez votre lait au travail chaque jour en remplacement des tétées, vous stockez le lait au frigo ou au congel, et vous donnez le lendemain à la crèche ou la nounou de quoi nourrir votre enfant la journée.

Préparer sa reprise du travail quand on allaite

On a tendance à se dire qu’il faut commencer à tirer son lait super tôt pour se constituer un stock de l’enfer “au cas où”. Sauf qu’en vrai, quand on est avec son bébé, la lactation est calée sur les besoins de son enfant donc si vous tirez après avoir donné le sein, vous ne tirerez pas forcément grand-chose (et vous risquez de vous faire du coup un peu peur).

Donc le plan c’est quoi ?

Apprivoisez votre tire-lait tranquillement quelques jours/semaines avant la reprise, pour vous rassurer. L’idée c’est d’avoir juste le stock pour tenir 2/3 jours, donc pas de panique sur les quantités (on y revient plus bas).

C’est aussi l’occasion de tester le contenant qui sera utilisé pour votre bébé. Idéalement il vaut mieux éviter que la maman donne les premières fois, parce que bon il est pas dupe ce bébé ! Biberon, verre, tasse à bec, soft cup, cuillère… Il y a 1000 possibilités pour nourrir avec votre lait.

Pourquoi se prendre autant la tête ? Parce que le biberon coule souvent plus vite et plus facilement, ce qui peut énerver bébé quand il revient au sein (et qu’il a un peu plus d’effort à faire). Cela peut également révéler des petits soucis de succion non décelés jusque là, qui peuvent mettre en péril la suite de l’allaitement. Ce n’est pas systématique, mais ça arrive. C’est ce qu’on appelle la confusion sein/tétine (bien qu’il n’y ait pas de confusion à proprement parler), ce qui explique que certaines mamans préfèrent éviter le biberon.

Pour celles qui souhaitent l’utiliser, on préfère une tétine à débit (très) lent et on donne en position quasi horizontale pour que Bébé continue à faire son job.

tire_lait
tire_lait_fleur

S’équiper pour tirer son lait au travail

On peut tirer son lait à la main (et certaines sont ultra efficaces sur le sujet !), mais le plus simple pour tirer de manière optimale au travail, ça reste le tire-lait électrique. On le préfère à double pompage, et pas trop encombrant.

Bon, en général ces modèles-là coûtent un bras à l’achat, mais BONNE NOUVELLE : un tire-lait ça se loue et avec une ordonnance c’est même pris en charge par la sécurité sociale.

Quel tire-lait choisir ?

Le choix du tire-lait est important, ils ne sont pas tous aussi efficaces et ils auront un rôle important dans la réussite de votre tire-allaitement. Vous pouvez aller le louer en pharmacie, mais les tire-laits proposés ne sont pas toujours les plus recommandées. Vous pouvez aussi louer votre tire-lait sur des sites comme Grandir Nature.
Le Spectra S1 et le Symphony de Medela sont des valeurs sures, mais ils sont un difficiles à transporter. Ici on aime le Swing de Medela, qui est un bon compromis… mais ce n’est pas le seul 😉

Des téterelles à la bonne taille

C’est quoiiii encore ce truc ?! Les téterelles, c’est la partie qui vient au contact de votre sein. Et pour les téterelles, la taille ça compte. Trop petites ou trop grandes, elles risquent de réduire votre production de lait et/ou vous blesser. Donc on pense bien à mesurer son mamelon (APRÈS la tétée) pour vérifier la taille de téterelles qu’il vous faut.

Quels accessoires pour continuer d’allaiter au travail ?

Le tire-lait et les téterelles, c’est OK. Vous pouvez donc collecter votre lait. Reste à le stocker (au travail, puis à la maison), et le transporter (du travail à la maison, puis de la maison à la crèche).

Pour stocker, le meilleur contenant reste le verre… mais ça prend vite de la place au congélateur ! Vous pouvez sinon utiliser des sachets de conservation ou des sachets à glaçon.

Pour transporter, vous allez devenir BFF avec votre petite glacière qui va vous suivre tous les jours. Il en existe de toutes sortes, de toutes tailles, mais c’est assez pratique quand elles ont un compartiment pour le tire-lait et un élément réfrigérant adapté pour accueillir des biberons. On vous laisse trouver celui que vous aurez envie de trimbaler everyday

Tirer son lait au travail, concrètement ça donne quoi ?

Avant de tirer votre lait, trouvez un endroit confortable où vous vous sentez bien et en sécurité. Pourquoi ça ? Parce que pour produit du lait, il vous faut de l’ocytocine, et que le meilleur moyen d’en sécréter, c’est que tu sentes ALL GOOD, Mama ! Petit bonus, pense à avoir une photo de ton tout petit pas très loin, si tu sens que tu as du mal à tirer, ça pourra aider.

On s’installe donc tranquille pour deux sessions de tirage par jour, idéalement une le matin et une l’après-midi (on vous laisse adapter si besoin). On compte 20 minutes (en double pompage) minimum – parce que le tire-lait c’est quand même moins efficace qu’un bébé. Et même si tu n’as l’impression de ne plus rien avoir, on va au bout : tu donnes le signal de conserver la lactation en place.
Si vous ratez une séance, pas de panique ! On désengorge à la mano pour se soulager, et on fera le stock du jour plus tard dans la soirée. Ça va aller on a dit !

Pour conserver le lait, plusieurs options : le frigo partagé (pense à bien étiqueter), le petit frigo perso ou la glacière avec pain de glace. C’est toi qui vois ce qui te va.

femme-bureau-min
lait_maternel_conservation

Quelles règles pour conserver, stocker et réchauffer du lait maternel ?

Pour conserver toutes les bonnes choses du lait maternel, on fait attention côté conservation :

  • 4 à 6 heures (max 8h) à température ambiante
  • Pendant 24h à 15°C
  • Pendant 5 jours au frigo entre 0 et 4°C
  • Pendant 3 mois dans le compartiment congélateur d’un frigo combiné
  • Pendant 6 mois dans un congélateur séparé (-18°C)

On ne mélange jamais du lait froid avec du lait à température ambiante, mais il est possible de mélanger deux tirages quand ceux-ci sont à la même température.

On préfèrera toujours un lait réfrigéré au lait congelé, pour conserver les pouvoirs magiques anti-infectieux du lait maternel.
Attention, ces durées ne sont pas cumulables, on ne garde pas son lait 8h dehors avant de le mettre 5 jours au frigo.

Pour réchauffer du lait maternel, vous pouvez le passer sous un filet d’eau chaude, ou utiliser un chauffe-bib.
Deux règles : du lait décongelé doit être consommé dans l’heure, mais s’il n’a jamais été congelé il peut-être réchauffé deux fois (pas de gachis) en faisant attention aux durées maximales de conservation.

Rythme et quantités des bébés allaités gardés en nounou et/ou à la crèche

Alors ça, c’est LA question. La peur de ne pas donner assez de lait maternel à la personne qui garde votre tout petit, on l’a toutes expérimenté.

La règle à garder en tête : un bébé allaité n’a pas à être calé sur le rythme d’un bébé au biberon. Il ne faut donc pas se fier à ce qui est noté sur les boîtes de lait infantile. Votre bébé mangera plus souvent et en plus petites quantités.

On prévoit en général 30mL de lait maternel par heure de garde. On vous recommande de faire plusieurs contenants, de 60 à 120mL – jamais plus, en lien avec le volume physiologique de l’estomac de votre bébé, et pour éviter qu’il ne s’énerve lors des prochaines tétées. La personne qui gardera votre petit bébé vorace se chargera d’adapter en fonction de son appétit.

Au fur et à mesure de la diversification, il diminuera ses prises de lait maternel au cours de la journée. A partir de 10/12 mois il est capable de s’en passer la journée (il se rattrapera le soir/la nuit).

J’ai peur que ce soit mal perçu après de mes collègues ou de ma hiérarchie

Vous avez eu du mal à vous défaire de l’image de la vache à traire ? Alors il est possible que ce soit pareil chez les autres, d’autant plus s’ils ne sont pas concernés. L’allaitement maternel gagne en visibilité, mais le tire-allaitement reste lui encore assez tabou.

Gardez en tête que vous êtes dans votre droit. Qu’il existe 1000 raisons pour continuer votre allaitement malgré la reprise du travail si c’est votre projet. Et quelque part, en mettant le sujet sur la table, vous permettez à tous vos collègues et collaborateurs de faire eux aussi leur petit bonhomme de chemin. Il vous faudra peut-être faire preuve de pédagogie, mais c’est aussi grâce à vous que ce sera plus simple pour les prochaines Mama back to work.

retour_travail_femme
allaitement_mixte

Retourner travailler : le passage à l’allaitement mixte

Si vous n’avez pas envie de tirer votre lait au travail, il est complétement envisageable de passer en allaitement mixte. Et pas de culpabilité Mama, tu as fait un super job jusque-là et  chaque tétée est bénéfique.

L’allaitement mixte, c’est quoi ?

On parle d’allaitement mixte ou d’allaitement partiel lorsque le bébé est nourri avec du lait maternel et du lait infantile. Il n’y a pas de règle : ça peut être 1 tétée et le reste au lait artificiel, ou 1 biberon de lait infantile et le reste de lait maternel, au sein ou non. Bref, c’est toi qui vois Mama !

Quand commencer l’allaitement mixte avant la reprise du travail ? 

La règle, c’est d’attendre 6 ou 8 semaines après le début de l’allaitement pour instaurer un allaitement mixte pour s’assurer que tout est bien en place. Deux risques notamment : que la lactation soit moins stimulée, et que cela puisse révéler un problème de succion chez le bébé (accentué par la prise de la tétine du biberon).

A priori, votre retour au travail se fera après 10 semaines post-partum. Donc vous pouvez commencer à doucement mettre en place la transition quelques semaines auparavant.

Comment démarrer un allaitement mixte avant le retour au travail

Pour démarrer un allaitement mixte, il vous faut familiariser bébé avec le biberon, et du lait infantile. Bon il y a des bébés que ça ne stresse pas du tout et pour qui la transition se fait easy baby. Mais pour d’autres, c’est moins simple.

Pour éviter que tout soit nouveau, on vous recommande de commencer pour introduire le biberon avec du lait maternel.
Une fois que ça c’est OK, il reste à faire valider le lait infantile. Et c’est pas rien, parce que le goût est très différent du lait maternel ! Si besoin vous pouvez mélanger les deux, en augmentant au fur et à mesure la part du lait infantile. Ça va aller, promis.

Quand tout est OK, vous pouvez remplacer une tétée dans la journée par un biberon.

Au bout de quelques jours, si vos seins ne sont pas douloureux, vous pouvez introduire un deuxième biberon (si besoin vous pouvez exprimer le lait à la main pour soulager sans stimuler).
Et ainsi de suite, jusqu’à obtenir la fréquence de biberons et de tétées voulues par jour  

Quel rythme ? Quelle répartition biberons/tétées ?

On vous conseille de conserver au moins 2 ou 3 tétées au sein par jour, pour continuer à stimuler la lactation. Celles du matin et du soir par exemple, c’est en plus les plus sympas pour allier tétée et calins. Si Bébé ne fait pas encore ses nuits, vous pouvez conserver les éventuelles tétées nocturnes, qui ont l’avantage d’avoir lieu en plein pic de prolactine (l’hormone liée à la production de lait infantile).

Mais en vrai, c’est vous qui voyez, et vous pouvez aussi revenir en arrière et revenir sur une tétée le soir après avoir instauré un biberon par exemple.

lait_infantile_tire_lait
lait_infantile_boite

Quelles précautions pour donner le biberon dans le cadre d’un allaitement mixte ?

On recommande une tétine à débit très lent (vitesse 0 ou 1) pour que votre bébé poursuive son travail de succion comme s’il tétait au sein. Il faut donner le biberon lentement, idéalement 20 minutes. Il est recommandé de mettre votre bébé dans une position semi-assise, quasi verticale et de placer le biberon presque à l’horizontal pour qu’il aille chercher son lait.  

Pourquoi on se prend autant la tête ? Pour préserver votre allaitement, si votre projet est de le maintenir. Parce qu’avec le biberon, ça peut couler plus vite et être plus facile, et bébé peut s’énerver ensuite quand il faut bosser un peu plus au sein.

De la même manière, on évite de faire des biberons de trop grosses contenances, parce qu’il y a de grandes chances pour que vous ne puissiez pas produire de telles quantités pour les tétés. La contenance physio de l’estomac d’un bébé c’est environ 120mL. Au-delà, l’estomac s’agrandit (oui, il est élastique !) ce qui lui permet de prendre de plus grands volumes de lait infantile… mais il sera compliqué de faire des tétées de 180 ou 210mL.

Quel lait infantile pour un allaitement mixte ? 

Aucun lait infantile n’est plus adapté qu’un autre en relais de l’allaitement maternel. Même s’il essaie de s’en inspirer, le lait infantile ne sera jamais du lait maternel (ou vous parle ici de la différence entre LI et LM). Certains fabricants utilisent le terme de « lait relais » ou « lait en relais de l’allaitement maternel. Mais c’est un terme purement marketing, tous les laits infantiles peuvent convenir dans la mesure où ils permettent

On vous glisse ici notre manière de voir les choses sur comment choisir son lait infantile.